Les otages de la région

Les otages de la région

Par Vanessa Lavoie

On le sait, en région, les services ne sont pas au maximum. Les ressources matérielles, physiques et financières sont souvent limitées. J’ai vécu une situation récemment qui m’a amené à réfléchir sur la responsabilité de l’état envers les gens en situation d’handicap.

Ne pas pouvoir bénéficier de soins hospitaliers spécialisés en grande ville en raison d’un transporteur gouvernemental qui refuse systématiquement les ‘’personnes handicapées’’? Je l’ai vécu à deux reprises avec mon garçon de 5 ans.

À deux pieds de l’avion, je me suis fait dire : « Je n’embarque pas d’enfant handicapé moi. Surtout pas en fauteuil roulant. Soit je le transporte seul sur civière et que tu t’organises pour avoir son fauteuil par Purolator ou que tu t’organises pour te faire soigner ailleurs ! » C’est la réponse intelligente que j’ai reçue du sympathique transporteur aérien gouvernemental.

Pourquoi mon enfant serait privé de soins en raison de son handicap physique ? Pourquoi lui ? Pourquoi je dois encore me battre ? Que va-t-il se passer avec sa santé déjà précaire ? À qui je dois m’adresser ? J’ai évidemment encore 50 000 questions qui me viennent à l’esprit dont je n’ai toujours pas la réponse.

 

Les personnes vivant avec un handicap doivent déjà jongler avec des défis au quotidien.
Pourquoi devrait-on encore se sentir prisonnier ?

Partager cet article...
Publication précédente Publication suivante

Commentaires

Laisser un commentaire